Preview/Review

DESYNC

par 2 avril 2017
Fiche Technique
Genre

First Person Shooter

Développeur

The Foregone Syndicate

Éditeur

Adult Swim Games

Date de sortie

28 Février 2017

Version

Commerciale

Points Positifs

  • Gameplay simple
  • Scoring
  • Finish à découvrir

Points Négatifs

  • Pique un peu les yeux
  • Parfois trop punitif

Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
8.5
8.5
Graphismes
6.5
8.0
Durée de vie
7.5
8.6
Intérêt
8.0
8.1
Avis du Rédacteur

DESYNC s’adresse aux scorers un peu old school avec un gameplay simple, et efficace, et une difficulté correcte.

8.0
Note de la rédaction
8.3
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article

Vous voulez du défi, et du scoring ? Alors ne vous inquiétez pas DESYNC est là pour vous satisfaire !!! En effet avec des décors dignes de TRON, The Foregone Syndicate nous propulse dans le monde des bits !!!

Synchronisation en cours !!!!

La Matrice !!!

Alors que vous vous réveillez, vous vous retrouvez quelque part, et tout ce que vous savez c’est que le système dans lequel vous êtes n’apprécie pas forcement votre venue puisque vous êtes clairement un virus à ses yeux.

Bon clairement l’histoire n’est pas l’article de vente du jeu, mais elle est plus un prétexte à l’univers dans lequel vous débarquez, mais rassurez-vous, le système va montrer une forte résistance à votre égard.

Une fois que vous avez retrouvé vos esprits, il est temps de suivre les indications du HUD, et oui, vous faites ce qu’on vous demande sans en connaitre la raison, sinon ça ne serait pas drôle.

Je suis un virus

NEON !!!!!

Bon, passons le côté histoire, et le pourquoi du comment vous êtes un virus (tout du moins c’est ce qui semble être le cas) pour nous pencher sur le réel intérêt du jeu, à savoir du die and retry, et du scoring, mais avant ça commençons par les bases.

En effet, DESYNC se dote d’un gameplay simple, intuitif et nerveux. Notre protagoniste pourra par conséquent courir, sauter, dasher, tirer et changer d’arme, et il n’a pas besoin de plus. Pour ce qui est des armes, on débute le jeu avec un petit pistolet qui peut tirer soit avec une cadence correcte avec des balles faisant peu de dégâts, soit des balles plus grosses, mais cela nécessitera un temps entre deux tirs. L’avantage de ce dernier c’est qu’il se recharge en énergie avec le temps.

Et paf le mob

Pour ce qui est des autres armes que l’on récupère le long de notre périple ce n’est pas la même histoire. On retrouve le tir principal et secondaire, mais par contre il faudra pour les recharger récupérer de l’énergie sur vos victimes ce qui demande par moment d’économiser celles-ci pour éliminer des monstres plus imposants.

En plus du changement d’arme, du double tir, et des déplacements simples et nerveux, le jeu dans une optique d’originalité, et surtout de scoring nous offre un tableau de finish lorsque l’on a rempli certaines conditions comme par exemple propulser un ennemi dans un mur clouté, ou encore l’achever d’une cartouche dans la tête pendant qu’il est un genou à terre. Bref, tout ça pour dire qu’il y a pas mal de coups à découvrir, et qu’il faudra par moment faire preuve d’imagination. Bien évidemment ces finish font monter le score.

Néons !!!

Ça te la coupe ?

Pour finir en beauté, on va parler maintenant des graphismes. Bon pas de surprise le jeu privilégie clairement des graphismes simples et épurés pour mettre en avant le gameplay, mais il y a pourtant derrière cette simplicité quelque chose de subtil et bien équilibré tout en respectant un code couleur clair.

Effectivement, le premier truc que l’on remarque c’est que les niveaux sont composés en majorité de nuances de bleu (ce qui sur le long terme a un défaut). Puis vient les ennemis, et là encore chacun est reconnaissable par rapport à ses couleurs et comment elles sont réparties via des néons.

Ouuuuuhhh… ça brille

Donc, par exemple, les petits ennemis sont d’un rouge assez discret alors que des ennemis plus gros comme ceux avec leurs marteaux arboreront des néons bien flash de couleur bleu. En plus de cela, si ces mêmes ennemis sont dans une version encore plus forte, ils seront encore plus visibles, et arboreront un jaune bien pétant.

On comprend vite que tout est fait pour attirer l’œil du joueur en fonction de la dangerosité de ses opposants, ce qui par moment nous fait oublier les ennemis moins dangereux.

Après, pour ce qui est du design en général on ne peut passer à côté du fait que cela rappelle l’univers de TRON ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Conclusion

DESYNC sort des sentiers battus et retourne à un style qui est de moins en moins représenté en proposant un FPS tourné scoring. Simple et nerveux le jeu fonctionne et plaira aux fans du genre. Certains pourraient par contre être un peu frustrés par cette simplicité.

Pour ce qui est des graphismes on est avec quelque chose de simple, volontairement grossier avec un choix de couleur qui a clairement pour but d’avoir une action très lisible. Par contre, ce même choix de couleur empêche clairement de jouer trop longtemps au jeu. Effectivement, le bleu est la teinte dominante, et c’est une couleur qui malheureusement est très agressive pour les yeux. De plus, l’effet néon renforce aussi cette fatigue, il est donc fortement conseillé de jouer avec une source de lumière à proximité.

Réagissez à cet article
Yeah
100%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%
À propos du rédacteur
kelkun

Rédacteur de ZeroPing.FR

Processeur : Intel Core I7-2600K
Carte Mère : ASUS P8P67 EVO
Carte Graphique : Gigabyte GTX 980 TI g1
RAM : 2*8 Go G.skill
Commentaires

Répondre

Gameplay
Graphismes
Durée de vie
Intérêt