Preview/Review

The Evil Within

par 23 octobre 2014
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Instant-Gaming) Version boîte (Amazon)

Genre

Survival-horror

Développeur

Tango Gameworks

Éditeur

Bethesda Softworks

Date de sortie

14 octobre 2014

Version

Commerciale

Points Positifs
  • L'ambiance glauque et malsaine
  • Mise en scène complètement dingue
  • Les décors sont très variés
  • Les combats de boss sont prenants et les monstres effrayants
  • Gameplay réactif et armurerie complète
  • Entre 15h et 20h pour finir l'histoire, et possibilité de faire une nouvelle partie +
Points Négatifs
  • Optimisation à revoir
  • Dialogues pas très soignés
  • Quelques bugs de collision
Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
8.5
8.4
Graphismes
7.5
7.8
Durée de vie
8.5
8.6
Avis du Rédacteur

The Evil Within est le meilleur survival-horror depuis de nombreuses années, l'ambiance et la mise en scène malsaines auront raison de vous et de votre esprit.

8.5
Note de la rédaction
8.3
Note des joueurs
2 notes
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

The Evil Within est attendu par un grand nombre de nostalgiques de l’époque Resident Evil 4. Beaucoup espèrent qu’il sera le successeur, la suite spirituelle du survival-horror le plus mémorable de notre petit siècle. Nous allons voir qu’ils ont en effet beaucoup de points communs, et de bons points communs.

evilwithin 2014-10-19 16-40-16-31

Les boss sont vraiment tous effrayants…

UN UNIVERS DINGUE ET MALSAIN

Une chose assez évidente qu’on remarque rapidement à propos de The Evil Within, c’est un jeu d’horreur. Et comme tout jeu d’horreur le but est de nous faire peur, ou de nous horrifier. L’ambiance est complètement malsaine, la mise en scène à nous faire perdre la tête (c’est le cas de le dire) et les monstres à nous faire vomir ou fuir. Les personnages sont très mystérieux, on ne sait pas si on peut leur faire confiance. On ne sait même pas où on se trouve nous-même, peut-être dans un rêve, peut-être que notre esprit est contrôlé ou qu’on a un peu trop usé de la moquette. On est juste “paumé”. L’histoire se dévoile au fur et à mesure, confirmant l’impression de malaise qui règne, et nous apprenant qu’en plus de tout ça les personnages ont un lourd passif. Il faut clairement s’accrocher à cette aventure tordue au risque de se perdre. Vous en verrez le bout après 15h à 20h de jeu, donc une durée de vie très conséquente et plutôt bien remplie.

Attendez-vous à courir dans des couloirs infinis, voir des monstres exploser ou imploser. The Evil Within c’est tout ça à la fois : du gore, de l’horreur, du malaise, et on en redemande. Sachez que vous allez passer de décors en décors très régulièrement, il pourra vous arriver par exemple de passer d’un asile abandonné à une ville en ruine ou un environnement plus rural, juste en traversant un mur. Oui, vous êtes malade… A noter également la présence des deux bandes noires sans doute là pour augmenter l’impression d’être cerné, elles peuvent gêner un peu début mais on finit par s’y habituer.

evilwithin 2014-10-19 16-32-36-34

Les monstres n’hésiteront pas à vous attaquer en nombre.

AFFRONTEMENTS VIFS ET STRESSANTS

Au niveau du gameplay c’est du très solide. La roulette des armes est bien pensée et riche : une arbalète avec plusieurs types de projectiles (explosifs, paralysants, éblouissants), un fusil à pompe, un revolver, un fusil de précision, des grenades et encore plein d’autres (vous débloquerez même à la fin du jeu le lance-roquettes et la carabine pour le new game +). Il faudra que vous adaptiez votre arsenal en fonction des ennemis, s’ils sont moins sensibles aux balles enflammez-les, s’ils vous one shot au corps à corps faîtes les tomber en tirant dans les jambes ou visez la tête !

Les combats contre les boss sont aussi très vivants, voire oppressants. Fuir ou ne pas fuir, telle est la question. Les affrontements se feront souvent à base de kitting car leur barre de vie (cachée évidemment) est conséquente, attendez-vous à bloquer parfois pendant quelques minutes sur certains boss, mais si je n’irai pas jusqu’à parler de frustration. Globalement le gameplay de The Evil Within est agréable et peut être présent comme un bon défouloir à partir des chapitres 3/4.

evilwithin 2014-10-19 16-24-53-88

Lui c’est Ruvik, défiguré au 3ème degré et psychopathe à ses heures perdues.

CONCLUSION

The Evil Within est définitivement une perle de survival-horror, pas encore au niveau de Resident Evil 4 mais la comparaison est tout à fait possible tant la ressemblance est frappante. L’ambiance et les décors sont très bien réalisés, le gameplay est réactif et la durée est élevée (20h de jeu, new game +). Difficile de trouver mieux dans le genre du survival aujourd’hui. On peut simplement regretter la mauvaise optimisation mais le plaisir reste bien présent, et c’est là tout l’essentiel.

À propos du rédacteur
Neftys

Rédacteur à la retraite

Processeur : Intel Core i5-4670K
Carte Mère : MSI Z87-G45 GAMING
Carte Graphique : Nvidia GeForce GTX 770
RAM : 2×4 Go