Preview/Review

Always sometimes monsters

par 1 juillet 2014
Fiche Technique
Genre

RPG, Indépendant

Développeur

Vagabond Dog

Éditeur

Devolver Digital

Date de sortie

21 mai 2014

Version

Commerciale

Points Positifs
  • Une conception originale
  • Une exploration poussée et détaillée
  • Une ambiance réussie
Points Négatifs
  • L'absence de traduction intégrale française
  • Le manque d'options pour le mappage des touches
Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
7.0
8.5
Graphismes
8.0
9.0
Durée de vie
9.0
8.3
Avis du Rédacteur

Un jeu qui mérite le détour, tant pour son humour que son aspect rafraîchissant.

8.0
Note de la rédaction
8.6
Note des joueurs
2 notes
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

Tout d’abord il est à préciser, que ce jeu ne possède pas de traduction officielle en français, et que donc il est nécessaire de pratiquer la langue anglosaxonne de manière plutôt aisée pour pouvoir profiter du jeu. De ce fait, ce jeu s’adresse à un public limité malheureusement. Après cette mauvaise nouvelle, pour contre balancer, en voici une meilleure: Always Sometimes Monsters est un jeu plutôt original qui sort tout à fait de ce qu’on peut voir habituellement. Passons maintenant aux choses sérieuses, sortons notre scalpel, et tâchons de disséquer le “monster”.

SUR LES GRAPHISMES ET L’AMBIANCE :

De ce point de vue là, ne vous attendez pas à une explosion visuelle qui vous ferait frémir de passion alors que vous vous trouvez en boxer (ou en slip, pour ceux qui ont moins de goût!) assis derrière votre écran. En effet, le jeu ne fait pas partie des block busters des sociétés tentaculaires productrices de titres à succès qui inondent le marché. Sa conception est rudimentaire, et son ambition tout autre. On retourne bien des années en arrière, dans un style RPG 16 bits avec des phases de scrolling et d’autres en roaming. Comme dit, pas d’effets surprenants, de designs outranciers ou de structures visuelles marquantes. Mais la chose est propre, nette, bien faite, et détaillée. Un retour vers le passé en somme donc positif, qui réveillera une petite pointe de nostalgie en nous.

SUR LE GAMEPLAY :

Et bien, pour être honnête, le jeu se limitant plutôt à des séries de choix influant sur le scénario, on peut presque annoncer que le gameplay est parfait. Pourquoi parfait? Parce que le jeu est conçu pour des mouvements et des actions simples, et que donc sans faire face à une complexité débordante, il est tout à fait adapté et fonctionnel. On ne vous demandera pas d’actionner une série de trente touches dans un synchronisme parfait, mais seulement de diriger un petit personnage dans un décor rigide, et de sélectionner une action dans un menu déroulant. Bien entendu, comme précisé dans l’introduction, lorsque l’on acquiert ce genre de jeu on ne s’attend pas à autre chose de ce point de vue là. Ce que l’on attend, c’est un contenu original et intéressant.

SUR LE CONTENU :

Et bien le contenu est plutôt très original. L’histoire principale vous entraine dans la vie plutôt d’apparence ordinaire du héros principal (dont vous choisirez l’apparence ainsi que le nom et la petite amie de manière singulière lors d’une sorte de flash back où vous incarnerez un personnage tiers). Drogue, alcool, sexe. Du genre plutôt underground, l’univers urbain moderne du jeu vous laisse déambuler au travers des rues remplies de personnages et de lieux divers avec pour objectif de remplir vos obligations et vous divertir. Qu’il s’agisse de manger, de boire, de jouer ou encore d’intéragir avec des personnages, vous serez confrontés à différents choix. A vous d’agir comme il vous plait, et d’en subir ensuite les conséquences. Mais pourquoi devrais je jouer à un jeu, qui serait une réplique un peu plus trash et underground de ma vie actuelle? Et bien tout simplement, parce que l’ambiance musicale et l’humour acide omniprésents sont plutôt attachants. Qui plus est, la situation va évoluer en fonction de vos choix, et ce jeu devient donc une sorte de laboratoire vous permettant d’essayer un nombre important de possibilités.

EN CONCLUSION :

Comme précisé antérieurement, ce jeu est réservé aux anglophones et orienté vers un public adulte. Il s’agit d’un très bon jeu, si vous appréciez les travaux scénaristiques et que vous portez un intérêt aux développeurs quelque peu en marge de ce qu’on voit habituellement. Car en effet, le point fort de Always sometimes monsters est bien son originalité et son histoire. Pour ceux qui ont tendance à ne pas vouloir trop réfléchir ou préférant tirer sur tout ce qui bouge, je pense qu’il vaudra mieux qu’ils passent leur chemin !

UN AVANT GOÛT :

Voici quelques captures d’écran tirées du bundle officiel (vu que Fraps fait son difficile pour les screenshots du jeu) qui vous donneront un bref aperçu de l’allure du jeu.

screen1 screen2 screen3 screen4 screen5

À propos du rédacteur
Silenar

Rédacteur à la Retraite

Processeur : Intel Core i7 950 @3.07GHZ Oc
Carte Mère : Gigabyte X58A-UD5 OcHz
Carte Graphique : Gigabyte GTX 780 Lightning OC Black Edition
RAM : 3*6 Go Corsair DDR3 Platinum Pro