Sélection ZeroPing
Preview/Review

Divinity : Original Sin

par 17 juillet 2014
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Instant-Gaming) Version boîte (Amazon)

Genre

RPG

Développeur

Larian Studios

Éditeur

Larian Studios

Date de sortie

30 juin 2014

Version

Commerciale

Points Positifs
  • Une ambiance très réussie
  • Un contenu riche et divertissant
  • Le soucis du détail
  • Enfin un VRAI jeu de rôle
Points Négatifs
  • Le multijoueur limité à deux personnes
  • L'IA quelques fois récalcitrante
Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
9.0
9.0
Graphismes
9.0
9.0
Durée de vie
9.0
9.0
Avis du Rédacteur

Un très bon jeu, qui ne devrait pas tarder à être intégrer parmi les mythes du jeu de rôle sur PC. A posséder si vous êtes un amoureux du genre !

9.0
Note de la rédaction
9.0
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
100%

Pour bien introduire ce jeu qui sort du lot, il va falloir tout d’abord vous expliquer ce qu’est véritablement un jeu de rôle. En effet, on trouve désormais bien trop souvent à mon goût des jeux dont l’appellation est jeu de rôle, alors qu’en fait ils n’en sont pas vraiment. A titre d’exemples, Kingdom of Amalur, Fable, Sacred, Path of Exile et tout un tas d’autres encore. Une appellation qui fait vendre, car soit disant le jeu de rôle se serait démocratiser. Quelle grossière insulte, on pourrait même désigner d’incultes ceux qui prétenderaient qu’ils sont effectivement des jeux de rôle. Un véritable jeu de ce type, est bien plus complexe, raffiné et distingué que ces jeux d’amateurs conçus pour des gens fans d’action, et fans de « stuffing » (la manie des équipements à statistiques). Divinity Original Sin est dans la lignée des grands jeux de rôles. Avec lui, pas de visuels délirants, d’action à outrance, de cinématique à vous faire croire que vous êtes un dieu vivant. Réflexion, stratégie et réelle compréhension du jeu rôle sont nécessaires pour apprécier ce dernier venu. Vous qui pensez connaître le jeu de rôle, qui n’avez peut être pas eu la chance de jouer à un Baldur’s Gate, venez découvrir la véritable essence du rôliste en lançant Divinity: Original Sin. Mais attention, vous risquez d’être surpris.

Menu principal

 

SUR LE GAMEPLAY :

Premier point des plus attachants et des plus efficaces, le gameplay d’un véritable jeu de rôle. On discerne deux phases bien distinctes.

La première est celle de l’exploration, des dialogues et de l’aventure qui se déroule en temps réelle. En effet, vous pourrez vous promener au gré de vos envies, discuter ou marchander avec les personnages non joueurs et éventuellement découvrir des multitudes de secrets disséminés un peu partout dans l’univers du jeu. Dans cette phase là, pas de perte de temps. Chaque action se fait de manière fluide, sans entraver le déroulement des dialogues ou de l’histoire. Tout est fait à ce chapitre là, pour vous donner l’envie de bouger et de découvrir.

Vient ensuite la seconde partie, qui est celle des combats. Et c’est l’un des gros points forts du jeu. En tour par tour, chaque personnage disposera d’un certain nombre de points d’action qui lui permettront de se déplacer, d’attaquer ou de faire tout ce qui vous semblera nécessaire au milieu d’une bataille. Mais cela ne résume pas qu’à cela. Il faudra également prendre en compte la position des différents personnages en compte, considérer et utiliser l’environnement à votre avantage et surtout user d’une stratégie qui vous sera propre. Si par exemple, vous combattez un groupe d’ennemis, qu’ils se trouvent les pieds dans l’eau ainsi que vos personnages, si votre mage a la soudaine envie de lancer un sort d’élément foudre, eh bien vous constaterez qu’il n’y aura pas que pour vos ennemis que ça sentira le roussi !

Création de perso

Pour ce qui est de chacun des personnages, on retrouve une fiche les concernant. Celles-ci sont très complètes et clairement tirées des jeux de rôle papier. La vue et l’ouïe de vos personnages sont à titre d’exemple un élément à prendre en compte. Vous pourrez également gérer l’inventaire de votre petite communauté, ainsi que leurs équipements. Et bien évidement, lorsqu’après avoir sué sang et eau à tuer des créatures plus mythiques et dangereuses les unes que les autres, vous pourrez faire évoluer leurs compétences à votre guise le jeu comprenant un système très complexe et élaboré. Et on aime ça.

Quoi qu’il en soit, le gameplay est très réussi, et très adapté au type de jeu. Et sa richesse est grande. Toutefois, les néophytes risqueront de pleurer de rage après quelques minutes de jeu. Les erreurs se paient très chères dans un jeu de rôle, et c’est aussi le cas dans Divinity Original Sin.

 

SUR LES GRAPHISMES ET L’AMBIANCE SONORE :

Voilà deux autres gros points du jeu. Il est rare de constater, que tous les aspects d’un jeu soit aussi bien pris en compte et traité. Bien souvent, lorsqu’un jeu possède des graphismes exceptionnels c’est souvent au détriment de son intérêt. Ou vis versa, lorsque l’originalité est énorme c’est souvent les graphismes ou le gameplay qui manquent de finition. Avec Divinity: Original Sin, on sort de ces malheurs.

Envirronement

Les graphismes pour leur part, sont source d’une réelle inspiration artistique. Chaque personnage, chaque monstre, chaque décor a sa propre empreinte, sa propre réfléxion. Ajoutez à cela des jeux de lumière délicats et savants, des effets d’éléments réussis et une réelle vocation à entretenir le plaisir de l’exploration visuelle, et vous obtiendrez la recette concluante de Divinity Original Sin. C’est beau, voire très beau, rien à ajouter. Admirez et laissez vous transportez.

A ces graphismes viennent s’ajouter une bande sonore et musicale vraiment très réussie elle aussi, possédant également un caractère original et artistique également. Pour tout vous avouer, j’ai tellement apprécier les musiques du jeu que j’en écoute les morceaux même sans y jouer. Qui plus est, l’agencement des sons et des plages musicales est très bien faite, et suit avec minutie et finesse l’action. Vous le constaterez par vous même, c’est très agréable.

Pendus

 

SUR LE CONTENU :

Que dire? Des heures et des heures de jeu. Et même après cela, il faudra encore des heures et des heures pour tenter de tout fouiller et de découvrir tous les secrets cachés ici et là. Personnellement, j’ai abandonné l’idée de tout fouiller tant il y a à faire. Il est également à noter que la plupart des objets que vous trouverez ont une utilité contrairement à beaucoup d’autres jeux. Qu’il s’agisse d’un gobelet, d’une cuillère, d’un poignée de paille, d’un caillou ou bien d’un encrier, sachez que tout est utilisable et que tout a une utilité dans Divinity Original Sin.

Une fois que vous aurez retourné des tombes avec votre pelle, réparé vos équipements avec votre marteau d’artisan, écrit des parchemins de sorts avec votre plume et votre encrier, que vous aurez balayé la rue pour en chasser la poussière armé de votre… balai… et bien sachez que vous pourrez également vous impliquer dans différents artisanats. Mais attention, là encore il s’agit d’un véritable jeu de rôle. Ce que vous n’aurez pas appris à faire, vous ne pourrez pas le faire. Inutile de penser que vous serez capable de forger une épée à deux mains flamboyante simplement en ouvrant votre menu d’artisanat et en validant votre choix. Il vous faudra tout d’abord apprendre les basiques, et ensuite voyager et vous renseigner pour essayer de trouver des recettes intéressantes. Et ce n’est pas mince affaire, vous le constaterez. Mais c’est ce qui fait que Divinity : Original Sin est si attachant et agréable.

Désert

Bien entendu, vous aurez droit à une trame d’histoire principale qui vous plongera dans une intrigue très bien pensée et conçue avec bien entendu rebondissements et révélations à la clef. A côté de cela, vous aurez un monde entier à visiter et fouiller, très vaste et très riche. C’est là que vous découvrirez un très gros nombre d’évènements, de quêtes secondaires mais aussi d’enigmes et de quêtes « secrètes » (de celles où aucune indication n’est donnée, à vous de vous débrouiller).

SUR LE MODE COOP :

C’est là d’après moi, que le côté le plus ludique et sympathique du jeu se révèle. Vous pourrez jouer avec un de vos amis, et mener la campagne ainsi. Le système de combat est le même, sauf que cette fois ci chacun dirigera son personnage. Pour ce qui est des compagnons que vous recruterez éventuellement au fur et à mesure de vos aventures, vous pourrez choisir d’en confier la responsabilité à l’un ou l’autre joueur. Et quels moments cela offre! Surtout lorsque vous vous faufilez dans une pièce en évitant soigneusement une série de pièges, et que votre camarade de manière très élégante et raffinée vient piétiner tout ça histoire de faire imploser l’endroit, et tout le groupe par la même occasion! D’après moi, c’est une autre manière d’apprécier le jeu, merci aux développeurs d’avoir intégré ce mode de jeu! Il est également à noter, que vous pourrez faire évoluer la relation existant entre votre personnage et celui de votre ami au gré des dialogues. En effet, tout au long du jeu, il vous faudra échanger avec votre partenaire, et les différentes réponses et options choisies vont influencer votre relation et vos statistiques, ce qui ajoute encore une touche d’immersion vraiment agréable.

Co-op

 

EN CONCLUSION :

Lorsqu’on parcourt les forums officiels du jeu et autres réseaux sociaux le concerant, on constate souvent que les gens sont enclin à critiquer Divinity : Original Sin pour sa difficulté. Etant rôliste chevronné, je ne peux pas critiquer ce point là: pour moi, un jeu de rôle intéressant est nécessairement difficile et complexe. Donc, au final, de par l’ensemble de ses aspects évoqués précédement, ce jeu est vraiment une réussite et offrira un temps et une qualité de jeu indéniables. Le meilleur moyen d’en être convaincu, c’est de l’essayer soi-même ce que je vous invite à faire. Alors, enfilez vos bottes, votre pantalon bouffant et votre cape. Faîtes reluire votre épée merveilleuse, et allez tâter du Divinity : Original Sin, il en vaut le détour!

À propos du rédacteur
Silenar

Rédacteur à la Retraite

Processeur : Intel Core i7 950 @3.07GHZ Oc
Carte Mère : Gigabyte X58A-UD5 OcHz
Carte Graphique : Gigabyte GTX 780 Lightning OC Black Edition
RAM : 3*6 Go Corsair DDR3 Platinum Pro