Sélection ZeroPing
Preview/Review

Max Payne 3

par 6 juillet 2012
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Instant-Gaming) Version boîte (Amazon)

Genre

Action

Développeur

Rockstar Studios

Éditeur

Rockstar Games

Date de sortie

31 mai 2012

Version

Commerciale

Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
9.0
9.0
Graphismes
9.0
9.0
Durée de vie
9.0
9.0
9.0
Note de la rédaction
9.0
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

Très cher Max, tu m’as manqué, c’est donc avec joie que je te retrouve avec des années d’attente pour ce troisième épisode. Pour mieux me souvenir de tes péripéties, j’ai dû me refaire les deux premiers épisodes avant d’enchaîner sur tes nouvelles aventures, le plus dur pour moi fut ta première aventure, puisque malheureusement, elle était doublée et traduite en français et à l’époque ce n’était pas ce qu’il y avait de mieux pour toi, de même que la perte de ta femme et de ta petite fille dans un assassinat sauvage. Saloperie de trafic de la Valkyr (pour ceux qui ne s’en souviennent pas, c’est le nom de la drogue), une véritable conspiration que tu as vécu à cette époque, ta vengeance fut d’ailleurs terrible. Et pour le deuxième épisode de ta vie, où tu tombes amoureux de Mona Sax, fut un très bon moment en ta compagnie malgré la fin très courte de votre histoire à cause de cet enfoiré de Vlad (il est vrai qu’en mode le plus difficile lorsqu’on recommence le jeu, Mona survit, cependant ceci n’étant pas crédible pour ta dernière aventure, on va faire comme si de rien n’était). Malheureusement tu finis par plonger dans l’alcool et les antalgiques en t’apitoyant sur ton pauvre sort. Quelle tristesse mon cher Max ! Je me dois de te sortir de là, d’ailleurs si j’étais un salaud, je te dirais que tu me fais de la “payne”, mais je vais éviter ce jeu de mot foireux (désolé mon Maxou, j’ai pensé à voix haute).

Chapitre 1 : Boire ou conduire, il faut choisir.

Max Payne traine maintenant à São Paulo, où il devient garde du corps d’une riche famille grâce à son vieil ami “Raul Passos” (un ancien flic comme lui) qui l’a entraîné dans ce job. Évidemment, cela va mal se passer, ce n’est pas d’ailleurs pas pour rien qu’il y a écrit sur chaque bouteille d’alcool, que l’alcool nuit gravement à notre santé, cependant il n’est pas indiqué que cela nuit gravement aussi à la santé de votre entourage, et la dame que Max doit protéger se fait enlever par un gang local, et bien bravo Max, je ne te félicite pas, il faudrait vraiment que tu arrêtes de boire. La tentative de remise de rançon, est mise en place dans un stade, et cela ne va pas mieux se passer et bien évidemment tourner au bain de sang… D’ailleurs si vous souhaitez découvrir la suite, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Chapitre 2 : Un gameplay Old School mais pas trop à base de Bullet Time et action 2.0.

Dans Max Payne 3, il n’est pas question, d’appliquer la recette habituelle à base de “tu restes à couvert, et ta santé se régénère”, Rockstar a opté pour du bon Old School de l’époque, pour ne pas mourir, il faudra posséder des antalgiques que vous trouverez durant votre périple, et les utiliser grâce à votre touche “tab”, cependant si un malheur vous arrive en oubliant de prendre votre dose, un effet bullet time se déclenchera automatiquement, et vous devrez tuer (votre arme doit être chargée) l’ennemi vous ayant donné le coup fatal, ceci aura pour conséquence de vous relever de vos blessures en prenant automatiquement un antalgique en réserve.

Symbolisé par une jauge, le nouveau bullet time de cet épisode, peut soit s’utiliser manuellement, soit se coupler à un saut pour surprendre vos ennemis, et ralentit toujours le temps quelques secondes, évidemment lorsque votre jauge est vide, vous n’y avez plus le droit, il faut donc l’utiliser à bon escient.

Il est maintenant possible de contrôler ses balles tirées sous en effet de ralenti, en ralentissant encore plus le temps, histoire de voir la trajectoire de sa balle, ou bien d’en tirer d’autres, histoire de trouer le corps de son adversaire. Le gameplay de Max a été modifié pour cet épisode, il est maintenant possible de se mettre à couvert (cependant le décor étant destructible, il ne faut pas y rester trop longtemps), d’ailleurs ne pas utiliser ce système est maintenant impossible comme dans la plupart des TPS. Il est aussi possible tout en étant a couvert de tirer sur vos ennemis sans les viser, ce qui aura pour effet de gâcher vos munitions si vous tirez n’importe où.

Max peut aussi taper un ennemi au corps à corps, ayant pour effet final de le mettre à terre, et de le finir avec une exécution sanglante d’une balle dans la tête. Sympa au final.

Chapitre 3 : Hollywood Chewing Gum : “Fraîcheur de vivre” !

Des effets Hollywoodien t’en veux ? Et bien t’en auras un max ! Le jeu se paie le luxe, de vous en faire du début jusqu’à la fin, surtout lorsque vous mettez le jeu en DirectX 11 avec Tesselation, vous allez en prendre plein les rétines. Tellement que tout le début du jeu, vous allez morfler, les filtres visuels d’un Max complètement ivre vous donnent mal au crâne, mais tenez bon à partir, du moment où Max s’arrête de boire, ce mal de crâne passera. Sont forts chez Rockstar, ils font ressentir les effets de l’alcool sans une goûte d’alcool.

On a même le droit à des séquences de “Rail Shooter” afin de varier le un peu le gameplay (bateau, bus, chariot, métro, voiture), des moments fort sympathiques d’ailleurs, où vous allez bouffer du script avec des effets de fou. Le bon côté de la chose, c’est que ça ne ressemble pas une bouillie de pixels (je tairais d’ailleurs le nom du jeu visé, par ce propos).

L’action du jeu s’enchaîne sans temps mort grâce à des cinématiques qui remplissent le rôle d’un “chargement”, ceci nous permet de rentrer à fond dans l’histoire (comme dans un film), cependant ce choix aussi bon soit-il possède un inconvénient en terme de rejouabilité, on est obligé de se retaper toutes ces cinématiques, on peut bien sûr les passer mais après un long moment, puisque le jeu charge votre niveau pendant tout ce temps là.

Chapitre 4 : Optimisation & Co.

Max Payne sur PC est très beau avec toutes les options au maximum, il n’a d’ailleurs rien à voir avec les productions consoles, qu’il dépasse d’ailleurs de très loin.

Au niveau de l’optimisation, c’est du tout bon (contrairement aux derniers titres de l’éditeur/dev), on a encore le droit à quelques bugs par ci par là ou défauts de textures, mais rien de bien méchant.

Au niveau de la physique, elle répond assez bien, tout a été soigné, comme la trajectoire des balles, ainsi que des impacts de celles-ci, cependant on constate malgré tout que la physique de certains ennemis lors de leurs morts reste des fois incohérentes, mais rien de bien méchant encore.

Du côté de l’ambiance sonore, sans surprise, Rockstar a fait du bon boulot, la qualité des doublages VO est également très bon. Cependant je trouve que les personnages de cet épisode manque un peu de charisme, j’accrochais mieux aux précédents protagonistes de l’époque.

Au niveau de la durée de vie, elle est un peu plus longue que les autres Max Payne, ce qui est aussi un bon point. Bien évidemment plus vous jouez avec une difficulté élevée plus il sera long de terminer le jeu.

Chapitre 5 : Social Gaming

Max Payne 3 se dote du Rockstar Games Social Club, outre l’aspect communautaire de la plateforme dont je ne parlerais pas, vos exploits seront stockés dessus, ainsi que toutes les statistiques complètes que vous avez fait en multijoueur et en solo, manquerait plus que la prise en charge de la sauvegarde en ligne ainsi que la prise en charge de notre langue et ça serait niquel. Pour plus de compréhension, je vous link notre profil.

Chapitre 6 : La borne d’arcade

Max Payne 3 ne se contente pas d’un mode solo uniquement, puisqu’il propose un mode Arcade qui est en fait un système de Scoring, personnellement ce n’est pas un mode que j’affectionne, mais je vais quand même vous en parler. Ce mode contient deux sous modes :

  • Score Attack : Le but est d’obtenir le plus de points possibles en tuant des ennemis, le score varie en fonction de ce que vous faites, baston au corps à corps, tirs à la tête, tirs dans le corps, explosions, tout ça tout ça. Au niveau des niveaux c’est exactement les mêmes que le mode solo, et vous mangerez les mêmes cinématiques. A noter que si vous enchaînez bien en bullet time, vous aurez le droit à du multiplicateur.
  • La minute New-Yorkaise : C’est la même chose que le Score Attack sauf que vous n’avez qu’une minute pour finir le niveau, et que tuer des ennemis vous ajoutera du temps.

Chapitre 7 : Le mode Multijoueur

Max Payne 3 ajoute une grosse nouveauté au programme, aussi réussie que le mode solo, le mode multijoueur.

Il est aussi possible de débloquer des armes golds en ramassant les armes en or, cachées dans le solo de Max Payne 3, pour ce mode, on a le droit à tout un tas d’arsenal, de personnalisations and co, ainsi qu’un système de levelling.

Au niveau des modes présents :

  • Mode débutants : Match à mort et match à mort par équipe réservés aux petits niveaux du multijoueur.
  • Match à Mort.
  • Match à Mort par équipe.
  • Match à Mort (Grand) : 16 joueurs s’affrontent sur une map plus vaste que les modes ci-dessus.
  • Match à Mort par équipe (Grand) : même chose qu’au dessus.
  • Payne Maximale : C’est en fait un mélange de coopération et de compétition. La partie commence par un simple affrontement, le premier joueur à faire une victime devient Max Payne et sa victime devient Raul Passos. Les deux joueurs devront coopérer pour tuer le plus d’ennemis (incarnés par des joueurs) possible en tentant de rester en vie. Si un joueur parvient à abattre un des deux, il prend sa place et ainsi de suite.
  • Guerre des Gangs (sans doute mon préféré) : ce mode s’inspire de moments clés de l’histoire du solo pour créer des objectifs de jeu variables, il faudra bien sûr remplir cet objectif pour gagner la manche.

D’autres modes s’ajouteront avec les futurs DLC, mais il y a déjà largement de quoi faire.

À propos du rédacteur
Blood

Rédacteur en chef de ZeroPing.FR

Processeur :
i7-5930K OC@4.2GHZ

Carte Mère :
Asus Rampage V Edition 10

Carte Graphique :
Aorus GeForce GTX 1080 Ti XTREME Edition (x2)

RAM :
4*8 Go DDR4 G.SKILL TridentZ (Profil XMP)