Preview/Review

Randal’s Monday

par 23 novembre 2014
Fiche Technique
Genre

Point&Click

Développeur

Daedalic Entertainment

Éditeur

Nexus

Date de sortie

12 novembre 2014

Version

Commerciale

Points Positifs

  • L'histoire avec de nombreux rebondissements...
  • L'humour omniprésent
  • Les dialogues travaillés
  • Les personnages secondaires qui rendent les interactions avec Randal cultes
  • Le doublage de Randal (par Jeff Anderson)

Points Négatifs

  • ...certains sont un peu trop prévisibles
  • La précision de l'aide qui laisse très peu de place à la réflexion si elle est utilisée de façon intensive
  • L'absence totale d'indication sur les actions à mener, ce qui peut conduire à un usage abusif de l'aide

Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
6.5
6.5
Graphismes
7.5
7.5
Durée de vie
7.5
7.5
Avis du Rédacteur

Probablement le meilleur point & click de l'année 2014.

8.0
Note de la rédaction
7.2
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

Randal’s Monday est le point & click le plus attendu de l’année. Se déroulant dans un univers aux références geeks omniprésentes et délirant où vous incarnez un anti-héros tel que rarement vu auparavant, ce jeu est il à la hauteur des attentes qu’il a suscitées ?

Mon Précieux…

"Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneau pour les trouver. Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier."

“Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneau pour les trouver. Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.”

Vous incarnez donc Randal, rebut de l’humanité, qui n’hésite pas à voler le portefeuille de son meilleur ami et par la même occasion la bague de fiançailles de sa future femme. Comme il n’est pas à ça près, Randal vend la bague pour payer ses loyers en retard et déclenche une terrible malédiction : il est condamné à revivre indéfiniment le pire jour de la semaine, le lundi, et à voir Matt se suicider encore et encore suite au vol de la bague.

Le gameplay n’a rien d’innovant, il s’agit d’un point & click basique, le choix vous est tout de même donné entre un mode d’interaction “à l’ancienne” ou plus récent.

En revanche, les associations qu’il faut faire pour obtenir les objets nécessaires à la résolution des puzzles sont loin d’être évidentes. De même pour la manière dont vous devrez manœuvrer pour obtenir certains objets ou débloquer certaines situations, qui vous demanderont de l’ingéniosité et qui vous causeront éventuellement une crampe au cerveau.

Les objectifs en eux mêmes ne sont pas clairement donnés, il est possible de tourner pendant de longues heures minutes dans tous les lieux pour chercher l’illumination. Une fois les concepteurs du jeu maudits sur plusieurs générations, la situation se débloque souvent par le dialogue qui n’avait pas été fait, l’objet manquant trouvé ou encore une association hautement improbable dans votre inventaire.

Heureusement, tout a été pensé pour ceux qui n’auraient pas la patience de faire 8 fois le tour de la ville, et une solution très (trop ?) détaillée est accessible, monnayant le sacrifice d’un chaton par indice fourni (miaulement inclus).

The cake is a lie.

Dilemme

Dilemme

L’histoire est très bien pensée et très innovante. En effet, si les personnages avec qui vous interagissez n’ont aucun souvenir des lundis passés, les objets oui. Par exemple, une fenêtre cassée sera cassées pendant tous les lundis suivants. Ce qui vous permettra d’avoir accès à des objets pour résoudre certains puzzle.

Par ailleurs, les actions de Randal ayant un impact sur l’espace-temps, de nombreux détails changeront au fil des lundis.Cette distorsion aura pour conséquence finale l’Apocalypse, zombies inclus. La Mort fait même une apparition en guest-star.

L’intégralité du jeu, des graphismes jusqu’au bout des dialogues, est un hommage à la culture geek et aux années 90.Dans chaque pièce, personnage, dialogue se cachent des références vidéoludiques, cinématographiques et des objets emblématiques tels que la lampe à lave et la boule de 8. Nostalgie, quand tu nous tiens…

Un jour sans fin.

Je suis ton père.

Je suis ton père.

Lors des présentations du jeu par Nexus Game Studios et Daedalic,nous avions été enthousiasmés par ce qui nous avait été montré. La version preview qui nous a été fournie a renforcé ce sentiment et nous avions hâte de pouvoir jouer à la version finale du jeu.

Nous pouvons donc maintenant vous annoncer que toutes nos attentes ont été comblées, l’humour et les rebondissements de l’histoire sont constants, et malgré la difficulté du jeu on ne s’ennuie pas. Le système d’aide qui a été ajouté entre le version preview et la version finale (et que j’ai donc remarqué à environ 80% du jeu) rend le jeu beaucoup plus accessible, même si utilisé trop fréquemment il peut retirer un peu d’intérêt aux énigmes .

Randal’s Monday est donc un très bon jeu, l’histoire est très riche en détails et très travaillée. Les doublages, en anglais, sont excellents et si il n’y a pas de doublage en français, les sous-titres en français sont disponibles.

À propos du rédacteur
Line

Rédactrice de ZeroPing.FR

Processeur : i7-6700HQ@3.5GHZ
PC Portable by ACER : Acer Predator 15
Carte Graphique : Nvidia GTX 1070
RAM : 2*8 GB