Preview/Review

Beholder

par 22 janvier 2017
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Amazon)

Genre

Gestion/Point & click

Développeur

Warm Lamp Games

Éditeur

Alawar Entertainment

Date de sortie

9 novembre 2016

Version

Commerciale

Points Positifs

  • L'univers est très prenant
  • Les graphismes et la bande-son du jeu apportent une dimension supplémentaire au jeu
  • L'originalité du jeu

Points Négatifs

  • La traduction française
  • L'absence de choix possible pour certaines missions
  • La difficulté de garder votre famille en vie

Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
6.0
8.0
Graphismes
7.0
10
Ambiance
9.0
10
Scénario
7.5
10
Avis du Rédacteur

Beholder possède un univers et une ambiance sombres, l'histoire est bien pensée mais la difficulté du jeu et sa traduction le rendent moins attractif.

6.5
Note de la rédaction
9.5
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
100%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

Développé par la société russe Warm Lamp Games et édité par Alawar Entertainment, Beholder est un jeu se situant entre le jeu de gestion et le point & click.

Bienvenue en Dictaturie

L’histoire prend place dans un régime totalitaire, vous incarnez Carl Stein qui avec sa famille s’installe dans un immeuble dont il a été

Si vous faites mal votre travail, vous finirez aux mains de la police.

désigné gardien.

Dans le monde dans lequel ils vivent, cela signifie travailler pour le gouvernement et en plus de gérer les réparations cela implique d’espionner les locataires, de fouiller leur appartement en leur absence et de faire des rapports à l’administration. Si vous découvrez qu’ils font des choses illégales vous pouvez les faire chanter ou les dénoncer. Ou les faire chanter, puis les dénoncer.

Une fois dénoncé, la police viendra arrêter le ou les locataires concernés et vous pourrez récupérer leurs effets personnels si vous le souhaitez avant de relouer l’appartement.

Méfiez vous tout de même, si vos locataires se doutent de quelque chose ou que vous faites une erreur, les conséquences seront terribles pour vous… Vous rejoindrez alors votre prédécesseur et tous les autres ayant échoués dans leur mission gouvernementale. Au cimetière.

Paperasse et espionnage

Remplissez les fiches de vos locataires comme un bon petit soldat.

Concernant le système de jeu, vous avez 3 options concernant vos tâches gouvernementales :

  • Rédiger un rapport : Vous dénoncez un locataire en fournissant la preuve de sa culpabilité
  • Établir le profil d’une personne : Vous donnez des informations sur un locataire
  • Rédiger une lettre de chantage : Au lieu de dénoncer le locataire, vous lui demandez de l’argent en échange de votre silence, une fois qu’il a payé rien ne vous empêche de le dénoncer quand même.

Bien évidemment, vous pouvez également remplir des fiches et dénoncer les membres de votre propre famille.

Si vous souhaitez vous débarrasser d’un habitant de votre immeuble mais que vous ne trouvez rien contre lui, n’hésitez pas à placer des preuves compromettantes chez lui et à le dénoncer.

Vous recevrez également des missions de la part de vos locataires et des membres de votre famille qui vous rapporteront de l’argent et des points de prestige. L’argent vous permettra d’acheter des objets au marché noir et les points de prestige d’acheter des équipements de surveillance.

Sachez que les membres de votre famille peuvent mourir et qu’il sera très compliqué de tous les garder en vie.

C’est bon mais c’est chaud

Par contre pour le confort, vous repasserez, votre appartement est au sous-sol.

Les graphismes sont très bien pensés et contribuent à l’ambiance sombre du jeu, de même que la musique. L’histoire en elle-même est intéressante même si les tâches peuvent s’avérer un peu répétitives à force.

Le jeu est traduit en français mais il s’agit d’un gros bémol car la traduction est plus qu’approximative, pour certaines options de dialogue lors de missions on ne comprend même pas les différents choix proposés.

L’autre point négatif est le manque d’équilibre du jeu, qui ne permet pas une avancée progressive dans le jeu. Vous vous retrouverez en effet très rapidement à devoir faire face à des factures très élevées sans avoir de revenu vous permettant de les payer. Les missions ayant pour la plupart un compte à rebours, il est très compliqué de pouvoir tout gérer en même temps.

Lors de certaines mission, j’ai également eu l’impression qu’il n’y avait pas de « bon » choix ou que je ne pouvais tout simplement pas faire un choix malgré plusieurs choix de réponses.

Point positif, une sauvegarde automatique est faite lorsque vous finissez une mission, si vous regrettez un choix ou une conséquence vous pouvez donc recharger au point de sauvegarde précédent afin de recommencer.

Conclusion

Beholder est un jeu original, tant par son univers que par les choix moraux qu’il vous demandera de faire. La traduction très moyenne en français limite malheureusement l’immersion car pour certaines missions elle vous empêchera purement et simplement de comprendre les différents choix qui vous seront proposés. Si vous comprenez l’anglais je vous suggère fortement de passer le jeu dans cette langue.

Passé cette barrière, le jeu est très prenant et son univers immersif. On peut passer plusieurs heures à jouer sans voir le temps passer.

À propos du rédacteur
Line

Rédactrice de ZeroPing.FR

Processeur : i7-6700HQ@3.5GHZ
PC Portable by ACER : Acer Predator 15
Carte Graphique : Nvidia GTX 1070
RAM : 2*8 GB