Preview/Review

Mass Effect : Andromeda

par 28 avril 2017
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Instant Gaming) Version boîte (Amazon)

Genre

TPS, RPG

Développeur

Bioware

Éditeur

EA Games

Date de sortie

23 Mars 2017

Version

Commerciale

Points Positifs

  • Gameplay Nerveux
  • Histoire bien construite
  • Beaux décors
  • Possibilité de changer de classe
  • Le multi est sympa

Points Négatifs

  • La VF
  • Nos coéquipiers
  • Les phases de scan dans l'espace
  • Quêtes FEDEX trop typées MMO
  • Plus d'alignement dans les dialogues

Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
9.0
7.7
Graphismes
7.5
8.6
Scénario
7.5
7.8
Durée de vie
9.0
8.6
Design
8.5
7.5
Avis du Rédacteur

Le retour de Mass Effect ne passe pas inaperçu mais son retour reste mitigé à cause de quelques défauts. Pourtant, il offre un gameplay nerveux, et efficace ce qui manquait aux précédents épisodes d'une certaine façon.

8.0
Note de la rédaction
8.0
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article

Mes amis, l’heure est grave, alors que nous pensions tous que la série Mass Effect arrivait à terme avec le troisième volet de la Saga, elle revient. Bien qu’à l’heure où j’écris ces quelques lignes la sortie du jeu est déjà effective, je me dois de vérifier s’il fera honneur à ses prédécesseurs.

Shepard est-tu là ?!

Bienvenue à nexus

Bien que ce dernier volet porte encore le nom de Mass Effect, il arbore le joli nom de Andromeda à la place du 4 qui aurait signifiait une suite, et par conséquence, la réponse à la question que vous vous posez tous est : « non, Shepard n’est pas le héros de cet épisode ».

Mais qui a pu remplacer notre Spectre préféré ? La réponse est simple, un parfait inconnu. Cela va vous sembler étrange, voir incohérent, mais en fait non. En effet, l’initiative Andromeda (d’où le nom du jeu) est une mission de colonisation extragalactique dans la galaxie d’Andromède.

C’est donc à la suite d’un voyage de 600 ans qui a débuté pendant le réveil des moissonneurs ce qui a permis d’éviter les conséquences de cette guerre. Malheureusement, cette mission pour trouver un monde en or ne sera pas de tout repos, et notre héros va devoir faire face à quelques situations imprévues.

Et oui, malgré un background qui s’éloigne des premiers épisodes, Bioware a décidé de garder une cohérence dans son univers, et on aime ça. Par contre, les références à la voix lactée ne sont pas légions malheureusement bien qu’une partie centrale de l’histoire soit liée directement à ce passé. On reste tout de même sur une histoire bien construite avec un fil rouge plutôt clair.

Oui fait l’amour à l’objectif !!!!

Bouge tes lèvres

Forcément on arrive au point qui fâche, c’est-à-dire les graphismes. Bon, pour ce qui est des décors, pas de souci. Les planètes sont jolies, détaillées bien que pour certaines elles sont un peu vides. Par contre, les visages étaient une catastrophe. Avec la mise à jour la situation a un peu évoluée, mais clairement ce n’est pas le plus réussi du jeu.

En effet, l’animation des visages est très crispée, mais en plus de cela les doublages en français sont catastrophiques. Heureusement, les doublages en VO sont mieux. Tout ça pour dire qu’il reste du boulot pour arriver à quelque chose de cohérent au niveau de la qualité des visages.

C’est beau

Pour l’univers en lui-même, malgré le fait qu’on ait quitté notre galaxie, on est bien dans l’univers Mass Effect, comme dit plus haut les décors sont sublimes, cohérents, chaque planète est bien typée, et a ses particularités.

Par contre, pour ce qui est des ennemis, on a vite fait le tour. En effet il n’y a pas énormément d’ennemis différents. Néanmoins, petite mention spéciale aux boss qui sont pour certains impressionnant comme celui trouvé sur Éos (qui néanmoins sera répété sur d’autres planètes).

Et c’est parti

La grosse bébête

Bon, maintenant passons aux choses sérieuses, et attaquons-nous au gameplay du jeu. Pour ce qui est de notre personnage, on retrouve un gameplay assez similaire, mais plus nerveus notamment avec le jet pack qui permet de sauter, mais aussi de dasher. Par contre, vos coéquipiers sont des huitres, et encore le mot est gentil. Déjà on a plus le menu tactique permettant de lancer les pouvoirs de nos compagnons à notre guise, et comme si cela ne suffisait pas, on ne peut pas leur demander de se mettre à couvert, ou de tirer sur une cible. En effet, dès qu’on leur demande de tirer sur un ennemi, ils sortent de leurs couvertures, et se font descendre.

T’as vu ma gueule ?

Heureusement, afin de pallier à l’incompétence de vos alliés vous pouvez compter sur votre talent, et vos armes afin de vous en sortir. En effet, le jeu met en place un système de découverte et de craft plutôt simple, et efficace. Pour ce faire il faudra trouver ou rechercher les plans des armes, armures, et améliorations. Une fois les plans en notre possession, il reste plus qu’à réunir les composants nécessaires à leurs fabrications.

Donc, dans l’ensemble, ce Mass Effect est bien pensé que ce soit niveau gameplay, ou contenu. Les planètes sont longues à explorer, il y a des quêtes secondaires, des boss assez violents, des zones à découvrir. Encore une fois dommage qu’on ne puisse plus avoir le contrôle qu’on avait sur nos coéquipiers qui deviennent inutiles.

Le multi, le multi !!!

Et oui, comme dans Mass Effect 3, Mass Effect Andromeda propose un mode multijoueur. Alors non, on ne s’entretue pas encore entre amis, mais on s’entraide afin d’accomplir de petits objectifs. En plus de cela les missions remplies dans le multi peuvent apporter de l’aide pour le solo.

Mais, mais il va y avoir plein de Ryder (personnage principal du jeu) ?! Et bien non car vous n’incarnez pas votre héros, mais des personnages prédéfinis. Il y en a pour tous les goûts avec des pouvoirs assez complémentaires bien qu’on aurait préféré les choisir nous-même. Après il ne reste plus qu’à jouer afin de débloquer du nouvel équipement, et d’autres personnages puisque le jeu nous propose qu’un nombre limité de choix au début.

Pour ce qui est de la partie, nous sommes lâchés sur une map avec plusieurs objectifs comme l’élimination d’une cible, de vague, ou encore le piratage d’ordinateurs. Il y a plusieurs niveaux de difficultés, et plus le nombre de joueurs augmente (maximum 4) plus les ennemis sont dangereux.

Bien que marrant, le multi reste un petit bonus que l’on consomme avec modération car il devient vite assez répétitif, mais une ou deux parties avec des potes sont toujours marrantes.

Conclusion

Les dunes c’est beau

Il est temps de redresser le bilan, et il est mitigé. Bon, comme à chaque Mass Effect, l’histoire est dans l’ensemble bien ficelée malgré quelques incohérences par moment, notamment sur les références à ce qu’il se passe dans la voie lactée, mais cela reste anecdotique.

L’exploration des planètes est longue, et il y a de nombreuses choses à faire entre la quête principale et les quêtes secondaires. Par contre, la phase de scan des planètes est toujours une phase peu amusante, il aurait été judicieux d’inclure quelques petites missions dans ces scans comme explorer un vaisseau à l’abandon par exemple.

Pour ce qui est du game design. Les décors sont presque parfaits, ils sont détaillés, et riches. Il n’y a pas deux planètes identiques, et le système d’altération climatique est vraiment sympa. Par contre, encore une fois les bouches, et plus généralement les visages sont en dessous de la réalisation générale. Tout ça couplé à des doublages VF plats et souvent pas raccords avec la situation.

Pour finir, vous avez dû remarqué que je n’ai pas parlé des dialogues à choix multiples, tout simplement car ils n’ont plus de gros impacts sur l’histoire, il n’y a plus l’alignement bien qu’il y est encore des actions qui pourraient présager sa présence.

En conclusion, ce dernier Mass Effect est un bon jeu, il offre une expérience assez riche, mais des défauts de réalisation viennent gâcher l’expérience du jeu, notamment à cause l’inutilité de vos coéquipiers.

Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
100%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%
À propos du rédacteur
kelkun

Rédacteur de ZeroPing.FR

Processeur : Intel Core I7-2600K
Carte Mère : ASUS P8P67 EVO
Carte Graphique : Gigabyte GTX 980 TI g1
RAM : 2*8 Go G.skill
Commentaires
  • Devweborne
    30 avril 2017 à 14 h 59 min
    Points Positifs

    Tout ce qui n'est pas en négatif 😁

    Points Négatifs

    Visages, participation des coéquipiers lors des combats, Exploration des systèmes.

    Bonjour, j’ai suivis plusieurs let’s play du jeux et dans l’ ensemble, il m’a l’air très bon avec juste quelques points noir. Je sais pas beaucoup d’arguments de description 😉

  • Bla
    5 mai 2017 à 8 h 28 min
    Points Positifs

    - le Tempest et son équipage
    - le gameplay est fluide et varié

    Points Négatifs

    - le rythme des romances
    - les planètes ne sont pas assez surprenantes ou différentes les unes des autres (à part le climat, plus de la moitié sont des déserts)
    - pas assez de vrais "gros combats"
    - les combats sont répétitifs.

    Je n’ai pas envie de répéter ce qui a déjà été dit, alors je vais parler de ce qui ne l’a pas encore été :
    – le Tempest est plus petit que le Normandy, et on peut davantage ressentir le côté « famille » avec l’équipe dont le background de chaque perso est plutôt bien développé, et parfois même très touchant
    – le gameplay est fluide et permet de jouer de beaucoup de façons différentes
    Mais
    – les romances sont parfois touchantes, mais soit interminables sans qu’il ne se passe rien, soit trop courtes
    – les planètes ne sont pas si différentes : sur cinq planètes à explorer, on a quand même trois déserts ! Qu’ils soient chaud, polaire ou rocheux, ça reste des déserts, et c’est un peu lassant. D’autant plus que c’est frustrant : on découvre une nouvelle galaxie et finalement les paysages ne sont pas aussi exotiques ou surprenants que ce à quoi on pouvait attendre…
    – pas assez de vrais « gros combats » : à part les architectes (dont le système de combat est invariablement le même sur chaque planète, dès le deuxième c’est déjà plus du tout flippant), ou les missions d’intro et finale, on n’a pas beaucoup la pression dans ce jeu, et ça donne une sensation de plat total dans le rythme : début cool et prometteur, milieu redondant et répétitif, fin explosive qui tease à mort un deuxième volet en nous promettant tout ce qu’on aurait voulu voir dans ce premier jeu…
    – les combats sont répétitifs. J’ai déjà évoqué les architectes, mais quand on prend une base ennemie la répétition est là aussi. On tape sur une première vague, on fait bip bip sur des consoles, deuxième vague, bip bip, troisième vague avec un petit boss et c’est fini on remporte le trophée. La première fois c’est marrant. La deuxième fois on est déjà en terrain connu. Et des missions comme ça, on en a pléthore. Résultat : le joueur n’est pas surpris, n’est jamais vulnérable ou sous pression.

Répondre

Gameplay
Graphismes
Scénario
Durée de vie
Design