Sélection ZeroPing
Preview/Review

The Witcher 3 : Wild Hunt

par 28 mai 2015
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Instant-Gaming) Version boîte (Amazon)

Genre

RPG

Développeur

CD Projekt Red

Éditeur

CD Projekt Red

Date de sortie

19 mai 2015

Version

Commerciale

Points Positifs

  • Un environnement vaste et vivant
  • Beau et immersif
  • Direction artistique à féliciter
  • Écriture et doublage de qualité
  • Des choix et des conséquences réelles
  • La trame principale et secondaire sont un régal
  • Peu de temps de chargement et surtout très courts

Points Négatifs

  • Nombreux, mais de légers bugs
  • Ergonomie des menus à la ramasse
  • Le rendu de l'eau donne une impression "fausse"
  • Gameplay optimisé manette et donc perfectible
  • L'équipement s'use vraiment trop vite
  • Rendez moi le jeu de dés

Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
8.7
9.4
Graphismes
9.0
9.5
Ambiance
9.5
10
Scénario
9.5
10
Durée de vie
8.6
10
Avis du Rédacteur

The Witcher 3 : Wild Hunt marquera sans aucun doute la génération de joueurs actuels que nous sommes...

9.3
Note de la rédaction
9.8
Note des joueurs
2 notes
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
100%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

The Witcher 3 : Wild Hunt est un jeu qui aura sû se faire attendre et qui aura donné beaucoup d’espoir. CD Projekt Red est depuis longtemps un studio qui aura su faire rêver les joueurs et dans lesquelles ces derniers peuvent placer leur confiance. Ils décident donc de conclure la saga du Witcher avec un vaste monde ouvert parsemé de douces promesses que l’on nous aura lancé au visage par le biais de nombreuses bandes-annonces. Malheureusement, on aura vu beaucoup de studios se briser la mâchoire en essayant de créer un open-world, alors est-ce le cas de ce Witcher ?

Contexte

Voici le contexte : La guerre fait rage entre les royaumes du Nord et l’empire de Nilfgaard, dirigé par l’empereur pragmatique Emhyr var Emreis. L’empire est en phase de gagner la guerre et la plupart des territoires du jeu sont sous contrôle de Nilfgaard. Comme bon RPG Dark-fantasy qu’est The Witcher, nous verrons les cicatrices laissées par la guerre; famines, misère et bien d’autres maux seront présents. Geralt, notre héros, arrive sur un territoire occupé peu de temps après la fin de The witcher 2. Vous êtes donc à la recherche de Yennefer et vous apprenez qu’après un voyage dans le temps et l’espace, Ciri, la fille adoptive de Geralt, est revenue dans nos contrées. C’est un festival de têtes connues que nous offre cet opus et c’est tant mieux ! Geralt va devoir se mêler à bien des intrigues et d’étranges situations pour pouvoir retrouver la trace de Ciri.

Nous retrouvons la belle Triss, plus rousse que jamais

Nous retrouvons la belle Triss, plus rousse que jamais

Cet opus est plus poussé pour ce qui concerne la politique, les complots et autres loisirs du même genre. Si vous avez lu les romans, la saga Witcher suit une aventure humaine remplie de trames politiques, de complots et d’horreurs, c’est ce que nous retrouvons sur The Witcher 3 en nous laissant bien des choix qui se trouvent entre la frontière du bien et du mal.
Le choix de sauver des enfants de la sorcière mangeuse d’hommes aura peut être des conséquences que vous n’auriez jamais imaginé. Mêlez-vous aux intrigues et découvrez le fin mot de chaque histoire.

Quêtes, conséquences et grand espace

La saga du Witcher aura toujours été une saga ‘adulte’ de par son univers et ses conséquences assez lourdes. Bien que cette fois-ci, contrairement à auparavant, peu importe notre inclinaison pragmatique, bienveillante envers le peuple ou encore chasseur de monstre impitoyable, le résultat final sera toujours inattendu.
Les conséquences ne sont pas toujours désastreuses et ce serait mentir que de dire que c’est souvent des conséquences lourdes, bien que ce soit récurent, mais The Witcher est un jeu où tout se déroule sur une série de choix qui pourront avoir de lourdes répercussions. L’histoire principale en est un parfait exemple, avec la promesse des 32 fins différentes, mais on le remarque surtout avec les nombreuses quêtes secondaires. Elles n’ont d’ailleurs de secondaire que le nom, elles sont principalement toutes intéressantes, bien pensées et surtout utiles. On aura vite fait de se perdre dans nos quêtes secondaires tellement certaines sont entraînantes. Le décor et les vastes plaines disponibles y sont d’ailleurs sûrement pour quelque chose.

C'est bien beau, mais je crois que je me suis échoué

C’est bien beau, mais je crois que je me suis échoué

Les vastes zones du jeu sont utilisées de manière surprenante. Chaque lieu aura droit à son événement scénaristique, l’espace présent est loin d’être vide et chaque lieu mérite d’être exploré. L’exploration, mélangée aux différents scénario que ce soit principal ou secondaire, est mis en avant. Que ce soit pour gagner un loot ou de l’expérience, on ne s’ennuiera presque jamais durant notre exploration, c’en est même surprenant de trouver des quêtes et des documents sur l’univers du Witcher, tellement c’est passionnant. Le vaste espace disponible n’est donc pas un simple lieu donné pour équiper notre Witcher (Sorceleur… ridicule !). Contrairement à beaucoup de jeux où un objectif secondaire est mis sur la carte, nous n’aurons que des points d’interrogation qui nous indiqueront si il y a quelque chose à cet endroit, c’est l’exploration qui vous dira ce qu’il s’y trouve. La progression dans le scénario que ce soit dans la trame principale ou dans les quêtes secondaire mélangée à l’exploration est une alchimie de génie. Chacune de nos aventures, ou presque, est à couper le souffle et nous entraînera pour des heures d’amusement.

Parlons des quêtes et de trame. Le jeu se déroule en plusieurs parties, la trame principale où vous incarnez Geralt qui cherche Ciri, sa fille adoptive, à travers le continent ainsi que les phases où vous incarnerez Ciri.

witcher3 2015-05-20 12-49-36-00witcher3 2015-05-20 12-36-35-91

Il y a ensuite les quêtes secondaires, comme dit plus haut, elles n’ont de secondaires que le nom, qui sont d’une richesse à faire pâlir bien des jeux. La richesse de leurs scénarios ainsi que leur durée de vie est grandiose, on pourra compter dans les environs de 40h de jeu pour la principale et tout autant pour les secondaires, autant dire qu’il y a de quoi faire dans The Witcher 3. Vient après les contrats de Sorceleurs (je n’aime décidément pas cette traduction). Il s’agit de contrats pour chasser des monstres, pour cela rien de plus simple c’est un grand jeu d’enquêtes où le but final sera de découvrir la créature que nous cherchons exactement et une récompense (prix négociable d’ailleurs) nous est offerte. Enfin, il reste les sous-quêtes : La chasse au trésor qui sont de courtes missions d’exploration servant à nous offrir des armes et des armures supérieures (à crafter ou non).

J’ai écrit un peu plus haut que la chasse aux monstres c’est un grand jeu d’enquête, mais en soit, c’est une grande partie de Witcher 3 qui l’est. Je m’explique, bien des situations feront que nous devrons utiliser nos sens de Sorceleur pour pister monstre, humain et autres. Notre sens permettra de découvrir de nombreux indices sur les lieux de traque de monstres ou d’enquête. Empreintes de pas, odeur, sang et bien d’autres, cela passera autant par la recherche de petits détails que par l’autopsie d’un cadavre.

witcher3 2015-05-19 16-56-55-55

Élémentaire mon cher Geralt !

Véritable monde ouvert

C’est un grand pari d’annoncer un monde ouvert pour un jeu et qu’on se le dise, peu arrivent vraiment à rendre ça cohérent et bien fait. The Witcher 3 a réussi son pari et nous offre la joie d’un univers vaste des plus cohérents, que ce soit sur les champs de batailles de Velen ou dans ses cultures agricoles, on retrouve des ambiances très réussies. La carte sera composée en plusieurs régions (comme Velen ou les îles de Skelling à l’ouest), mais on pourra aussi retrouver des plus petites zones comme la forteresse de Kaer Morhen ou encore le palais de Wizima.

C’est bien beau de rendre un monde cohérent, mais est-il vivant ? Et bien oui, les territoires de The Witcher sont vivants et riches en informations. On sera surpris de faire des rencontres là où on en aurait pas imaginé. On peut dire qu’il s’en passe des choses dans ce monde. C’est un véritable régal que nous offre CD Projekt en terme d’open World.

Une petite partie de la carte

Une petite partie de la carte

Il y a eu beaucoup d’informations sur l’étendue de la carte et sa manière de l’explorer. On ira à pied pour l’exploration de petites étendues ou de grottes. Pour ce qui concerne les voyages un peu longuets, on préférera utiliser notre cheval, Ablette, pour galoper sur les routes et les plaines. Ablette sera privilégiée pour les longues distances, mais on retrouve aussi des voyages en bateau qui s’avéreront utile pour traverser une étendue d’eau, mais j’avoue ne pas avoir trouvé une grande utilité à ces derniers, bien qu’on est ravi de pouvoir le faire quand même. L’option nous étant proposée, autant ne pas se plaindre et la prendre.
Il reste un point sur l’exploration de la carte et ce sont les voyages rapides. Ils sont représentés comme des pancartes de direction que nous pouvons utiliser pour nous rendre à un autre de ces points. Une option que nous utiliserons très souvent, bien que Geralt peut désormais sauter à volonté, enjamber des obstacles et bien d’autres, sa nouvelle liberté d’action est appréciable d’ailleurs.

Gameplay et ergonomie

Le gameplay reste dans la continuité de The Witcher 2. Un gameplay assez simple et efficace, mais en soit perfectible. On se retrouve ici avec un gameplay amélioré, mais toujours aussi perfectible. Pour ceux qui ne connaissent pas (déjà allez faire les opus précédents, bande de mécréants !), le système se base sur la magie et l’utilisation de deux épées, une en argent pour les monstres et une en acier pour les humains. La magie de Geralt n’est pas comme les magiciennes, il utilise des signes (Axii, Aard, etc…) qu’il peut aussi bien utiliser au combat que durant des discussions. Le signe Axii servira, par exemple, à influencer quelqu’un à nous ouvrir le passage ou encore nous raconter la vérité (ce ne sont pas les sorcières que vous recherchez). En plus de nos lames et de nos magies, on nous offre dans cet opus une arbalète, formidable outil pour ralentir l’ennemi quelques instants ou encore mettre à terre un ennemi ayant déployé ses ailes.

Tout ça pour une chèvre...

Tout ça pour une chèvre…

Il est clair que le gameplay à l’épée gagne en fluidité, mais un des gros bémol reste le lock, c’est une horreur car il n’existe pas vraiment. Si Geralt se trouve devant un ennemi et que la caméra le vise, Geralt ira vers cet ennemi, mais ça devient vite un calvaire quand on veut s’en prendre à un ennemi sur le coté qui nous charge dessus. Certes on peut esquiver, faire une roulade ou parer, mais pour les nombreuses fois où j’ai esquivé, je me prenais les 3/4 du temps le coup. La roulade reste pour moi la meilleure esquive tandis que la parade ne sera vraiment utile que pour les pugilats et les combats contre un petit nombre d’ennemis humains. Sans compter qu’il faudra aussi laisser le temps à Geralt de faire de temps en temps une petite pirouette qui en soit est très sympa visuellement, comme les finish moves, mais qui aura tendance à nous faire perdre quelques secondes et qui donnera à l’ennemi assez de temps pour briser notre combo. L’esquive pour les monstres et la parade pour les humains, voila l’idée des développeurs, personnellement, j’aurais préféré l’esquive et la parade pour toutes les saloperies de l’univers Witcher.

Il faut cependant admettre que c’est un type de gameplay à maîtriser pour réellement pouvoir l’apprécier tellement cela devient technique au fur et à mesure de l’aventure. Qu’on se le dise, vos adversaires n’aiment pas se battre seuls et cela à notre grand malheur. On développera des réflexes de serpents pour placer une esquive/parade et contre-attaquer au bon moment, mais parfois cela ne suffira pas. Le jeu aime ses “utilitaires” et on le voit, alchimie, bombes et bien d’autres devront être utilisées si vous voulez vraiment pouvoir être à l’aise durant la plupart de vos combats.

D’ailleurs, chaque prise de niveau est une véritable récompense. Alors qu’on se retrouvait avec un arbre de talents assez pauvre et sans audace dans le 2, on se retrouve ici avec une personnalisation des plus riches. On pourra tout aussi bien augmenter la puissance de nos attaques rapide/puissante ou encore modifier l’effet d’un de nos signes magique. C’est un vrai travail de personnalisation, car après vérification, il est impossible d’avoir tous les talents du jeu. S’ajoute à cela un système de placement de compétences qui limite nos talents. Il y a un nombre d’emplacements limités et nous devons choisir quel talent placer à l’intérieur pour qu’il soit effectif. Derrière, on pourra placer des mutagènes qui iront booster nos talents, cela forcera peut être certains à se spécialiser dans un certain domaine.

Les mutagènes, utile pour booster jusqu'à 3 talents

Les mutagènes, utiles pour booster jusqu’à 3 talents

L’ergonomie est quant à elle au rabais (j’ose !). Les menus restent à nouveau dans la continuité du 2, mais déjà là c’était triste et ça l’est désormais tout autant. On sait de quoi sont capables les gars de CD projekt RED et ils étaient capable de faire bien mieux pour les menus qui sont, avouons le, à la rue.
Je parlais du gameplay plus haut et bien il faut aussi dire que du point de vue ergonomie des combats, on a vu mieux. Certes, le gameplay s’améliore depuis le 2, mais il y a toujours des défauts qui font que l’on pourra moins trouver plaisir à combattre, comme dit plus haut, c’est perfectible.
Enfin, soyons heureux de retrouver un véritable inventaire (merci les consoles pour le précédent opus…) et un arbre de talent plus travaillé. Dernier point pour l’ergonomie, on ressent encore l’influence console pour le gameplay et personnellement, j’ai beaucoup de mal à jouer avec une souris sur ce jeu.

On a vu meilleur menu

On a vu meilleur menu

Petite note pour le nouveau jeu de cartes introduit dans cet opus à la place du jeu de dés (rendez le nous !). Il s’agit du Gwynt, un jeu de cartes ou il faudra faire usage de stratégie et aligner des cartes sur un plateau ressemblant à un champ de bataille. Nous avons différent types de cartes, les forces de corps-à-corps, à distance, de siège et d’environnement. C’est un jeu intéressant, mais je regrette le poker aux dés qui j’espère reviendra à l’avenir. Rien ne vous empêche cependant d’aller collectionner les cartes et de participer à d’autres jeux, tels que la course de chevaux ou la lutte (au revoir bras de fer). La lutte a d’ailleurs perdu ses QTE au profit de contre et de frappe rapide/puissante.

Graphisme et sons

Il est inévitable de dire que The Witcher 3 est beau, très beau même, malgré le downgrade ressenti à cause des consoles (ne me tirez pas dessus…). Certes, les consoles ont un jeu très beau, les pc en ont encore plus beau, mais il est dommage de voir qu’on aurait pu avoir mieux, sans pour autant avoir un pc digne de la NASA. The Witcher 3 réussi le pari de créer un monde ouvert magnifique et vivant, que l’on passe par la ville de Oxenfurt, que par les marécages, on restera ébahi par le travail de qualité technique que nous offre CD Projekt Red.

Le cycle jour/nuit donne des effets magnifiques à l’environnement de la saga et les effets de lumières ont l’air d’être maîtrisé. On sera même surpris de voir des effets de lumières passer à travers le plancher, les rayons du soleil qui passent à travers les branches et j’en passe. The Witcher 3 est sans contese un des plus beaux jeux à monde ouvert de sa génération. Cependant, il y a certains détails qui gênent.

L’eau est un aspect important des jeux et ici, elle nous donnera parfois l’impression d’être fausse. C’est encore plus visible à la nuit tombée et c’est très dommage en soit, bien que personnellement, je n’ai pas passé beaucoup de temps à nager avec les noyeurs. Il y a d’autres détails du genre comme la végétation, il ne faudra vraiment pas s’approcher trop près des plantes ou encore du sol pour ne pas avoir des remontées acides. Mais ce ne sont que des détails mineurs, surtout quand on voit le travail global fait sur cet opus.

Pas convaincu de l'eau...

Pas convaincu de l’eau…

Fini les graphismes, passons à l’ambiance sonore qui est très importante pour l’immersion. La quantité et la qualité du son est impressionnante tellement cela renforce notre immersion, foncez et augmentez donc le son pour jouer à Witcher 3. L’ambiance est telle que cela donne une impression de réalité si nous fermons les yeux quelques instants, que ce soit dans la forêt ou dans les villes. C’est un plaisir d’avancer, d’entendre les gens parler et les bardes chanter dans les ruelles des villes.

Comme pour chaque Witcher, les voix en polonais qui sont LARGEMENT au dessus du reste. On a l’impression qu’eux ont lu les livres et qu’ils sont à fond dans le projet. Le doublage français reste lui aussi de bonne qualité dans sa globalité. A noter que le travail d’écriture pour les dialogues est aussi bien présent.

Vraiment, la bande sonore de The Witcher est plaisante, que ce soit le bruits des armes, de magie, des oiseaux, des bardes ou que sais-je. C’est un plaisir d’entendre chaque son de ce jeu. Surtout quand la musique sait quand apparaître et disparaître.

 Conclusion

Inutile de rester plus longtemps à parler de The Witcher 3: Wild hunt, c’est sans doute l’un des meilleurs RPG de sa génération, un chef d’œuvre du monde du jeu vidéo et artistique (si, si). Nul doute qu’il va marquer cette année et l’esprit des joueurs. Il reste dans la continuité de ses précédents opus, en traitant des sujets difficiles et en respectant l’œuvre originale. Malgré l’apparition de bugs, qui sont pour la plupart plus drôles que gênants, ils ne gâcheront en rien le plaisir de jouer. Les choix que nous faisons influent réellement sur l’univers qui nous entoure et c’est un plaisir de voir qu’ils vont jusqu’au bout de leur travail, ne nous laissant pas l’impression que nos actions sont futiles. Le système de combat, bien que perfectible pour un meilleur plaisir de jeu, reste cohérent et immersif. La qualité visuelle et de la bande sonore mérite que l’on félicite la direction artistique qui aura fait un excellent travail, ce qui nous donnera envie de refaire The Witcher 3 sans problème.

Nul doute que la saga de The Witcher restera dans les mémoires comme étant d’excellents RPG, ce dernier volet étant le RPG le plus ambitieux de ces dernières années.

N’hésitez pas et foncez, l’univers du Witcher vous attend !

 

 

À propos du rédacteur
Kuneru

Rédacteur de ZeroPing.FR

Processeur : i5-2500K @3.30GHZ
Carte Mère : MSI P67A-GD55 (révision B3)
Carte Graphique : MSI GTX 660
RAM : Corsair 4*3GB