Preview/Review

Tomb Raider

par 19 mars 2013
Fiche Technique

Acheter ce jeu à prix réduit chez nos partenaires…

Version numérique (Instant-Gaming) Version boîte (Amazon)

Genre

Action, Aventure

Développeur

Crystal Dynamics

Éditeur

Square Enix

Date de sortie

4 mars 2013

Version

Commerciale

Points Positifs
  • Gameplay plutôt intéressant et varié.
  • Techniquement presque irréprochable.
  • Une durée de vie honnête.
  • Le monde semi-ouvert et l'aspect exploration.
Points Négatifs
  • Une difficulté globale assez faible, ce qui réduit considérablement la durée de vie.
  • Certains aspects du jeu un peu réalisés à l'arrache (les QTE un peu redondants et parfois mal utilisés, le côté chasse inutile...)
Score
Note de la rédaction
Note des joueurs
Noter ici
Gameplay
8.0
8.0
Graphismes
9.0
9.0
Durée de vie
8.0
8.0
Avis du Rédacteur

Un retour triomphal.

8.5
Note de la rédaction
8.3
Note des joueurs
1 note
Vous avez déjà noté cet article
Réagissez à cet article
Yeah
0%
Content
0%
Surpris
0%
Triste
0%
Mécontent
0%

Lorsqu’on apprend que la légendaire Lara Croft a droit à son titre « reboot », il y a de quoi générer de l’enthousiasme. Développé par les studios Crystal Dynamics (studios en charge de la licence depuis 2000), ce Tomb Raider nous présente des mécaniques de jeu revisitées et une Lara au charme débordant, mais est-ce suffisant pour renouveler la licence qui commençait à s’essouffler ?

review 1

Histoire

Les événements ont lieu indépendamment des précédents volets, on retrouve une Lara très jeune, fragile et inexpérimentée. Elle fait partie d’une expédition scientifique dans le triangle du dragon, un archipel au sud du Japon reconnu pour ses conditions météorologiques très instables, car elle est persuadée qu’elle y trouvera des réponses sur le Yamatai, une civilisation mystérieuse aujourd’hui disparue et autrefois gouvernée par Himiko, la Reine-soleil. L’Endurance, le navire dans lequel elle et ses collègues, dirigés par le vaniteux Dr Whitman est alors victime d’un naufrage et échouée sur la plage, Lara se fait étourdir par un inconnu puis se réveille séparée du groupe, attachée par les pieds dans une grotte extrêmement louche, jonchée de cadavres dont elle va s’échapper à l’aide de la puissance des QTE. Se lance alors une quête de survie riche en découvertes, en rencontres et en rebondissements. Le scénario est globalement relativement bien ficelé et il est facile de se prendre dans l’aventure, grâce à des environnements variés et une progression cohérente.

review 2

Gameplay

Solo

Rentrons maintenant dans le vif du sujet. La progression, très similaire aux titres de la licence Uncharted, se découpe habilement en phases de réflexion, d’action et de plateformes. Nous allons donc aborder en détails ces différentes parties du jeu.

Les énigmes, présentes dans la trame principale mais aussi sous la forme de tombeaux facultatifs, stimuleront le cerveau du joueur, mais pas trop. Elles sont en général assez faciles et à part de rares exceptions, et se réaliseront sans trop de problèmes voir même instantanément pour certains cas, notamment grâce à un système d’instinct révélant les objets avec lesquels interagir, assez similaire à celui d’Hitman Absolution. Elles mettront souvent en scène des problèmes de gravité, de maîtrise des éléments et d’utilisation des outils à la disposition de Lara. Leur difficulté assez faible ravira le joueur n’aimant pas se voir confronté à un mur mais pourra un peu décevoir l’habitué du genre.

review 3

En terme de combat, on peut apprécier leur aspect très dynamique notamment grâce au système de couverture et aux ennemis qui vous délogeront à coup de cocktails Molotov. Il va donc falloir garder un rythme de déplacement et ne pas se laisser surprendre. Au premier abord on pourrait avoir un peu peur de la répétitivité dans ces phases : bien souvent on arrive sur un campement d’ennemis, on en aligne quelques un silencieusement à l’aide de l’arc puis une fois repéré on descend le reste en restant à couvert et en esquivant les projectiles.

Mais tout ne se passera pas comme ça rassurez vous, et c’est là que se trouve une certaine richesse en terme de gameplay. On peut apprécier la volonté de ne pas tomber dans le même schéma expliqué précédemment ; les développeurs jouent avec l’environnement pour que le joueur n’ait pas l’impression de redondance, le scénario plein de rebondissements emmènera Lara dans des lieux  et contre des menaces différentes et variées. Même si une bonne moitié des affrontements se passeront contre des ennemis classiques assez similaires, ils évoluent et changent d’apparence (on affrontera des loups enragés, des membres d’une secte surarmée puis des samouraïs énervés…)

review4

 On peut aussi apprécier l’ambiance très « survival » : on retrouvera très souvent Lara dans des situations extrêmement inconfortables, couverte de sang, entourée d’ennemis voulant sa mort et avec à sa disposition un nombre assez limité de ressources pour s’en sortir. Ce n’est pas dans la difficulté (qui n’est pas globalement très élevée) que ce côté là ressort mais plus dans le ressenti. Ainsi on verra une Lara fragile et peu sûre d’elle, effrayée par l’environnement hostile qui l’entoure, se transformer progressivement en une aventurière solide et inébranlable. C’est en ce sens qu’on se laisse facilement envoûter par le personnage et qu’on s’y attache sans problèmes.

review 5

On retrouve un système d’expérience servant à débloquer des capacités dans un arbre de talents, servant bien sûr à améliorer les capacités de Lara en combat mais aussi à augmenter le butin et l’expérience récoltée lors de l’avancement.

Les armes sont uniques et Lara en portera cinq en comptant son piolet, bien sûr l’arc, l’arme emblématique du titre, mais aussi un revolver, un fusil, et un fusil de chasse. Des améliorations pourront être faites avec des ressources que l’on trouve dans des caisses et sur les ennemis (augmentation du chargeur, des dégâts, de la nature des projectiles …)  et chaque arme sera plusieurs fois augmentée de classe par des pièces que l’on obtiendra au fur et à mesure de l’aventure, par exemple, le simple arc en bois “fait maison” du début deviendra un solide arc de compétition.

Qui dit Tomb Raider dit forcément phases de plate-forme, mais elles n’ont plus vraiment l’importance des jeux d’antan. Ces phases seront plus là pour faire joli, pas de saut très techniques comme dans le passé puisque Lara ne manque pas d’agilité et le joueur est très assisté dans ces moments, on ne peut nier qu’à certains moment on est impressionné mais c’est plus par les « moves » de Lara que par la difficulté. On peut parler d’une certaine prédominance des Quick Time Event, notamment pendant les phases d’actions  comme les 30 première minutes de jeu, ce qui peut être vu un peu comme la solution de facilité et peuvent être dénués d’intérêt. Mais on n’en fait pas forcément une overdose et ils restent assez honnête à part quelques exceptions assez fourbes.

review 18

L’exploration remplacera cet aspect, avec un monde « semi ouvert » rempli de richesses et d’endroits à visiter, même si la progression et tout de même linéaire, on a l’impression de ne pas être bridé notamment grâce au voyage rapide qui nous permettra d’avoir accès à toute la carte au cours du jeu. Certains endroits ne seront accessible qu’avec des améliorations précises ce qui pousse parfois à revenir en arrière pour ne pas rater une tombeau, on peut dire que c’est un côté plutôt réussi.

review8

Multijoueur

 review 9

Pour la première fois, Lara a le droit à un mode Multijoueur, mais il ne sera définitivement pas l’attrait principal du jeu. Faisant plutôt office de bonus, il s’avère plutôt fun et relativement complet.

Les parties ne s’éterniseront pas des heures et à travers 4 modes de jeu, assez originaux, comme par exemple le mode sauvetage où un camps doit transporter des trousses de soins à un endroit et l’autre camp devra achever les ennemis au corps-à-corps. Pas de quoi casser trois pattes à un canard donc, surtout à cause d’un manque de features, on peut facilement imaginer le voir se faire déserter d’ici peu.

Graphismes, son et généralités

review 7

 D’un point de vue graphique, très bonne surprise, autant d’un point de vue artistique que d’un point de vue technique, avec une très bonne version PC, optimisée pour les bonnes machines comme pour les PC les plus modestes. Certains environnements sont à couper le souffle, les cinématiques sont généralement de bonne qualité et on peut dire que l’aspect technique est très propre, on peut trouver de rares bugs mais, il faut tendre l’oeil.

D’un point de vue sonore, là aussi pas de bavure, même si on peut regretter que Lara passe le jeu entier à pousser de petits cris à forte connotation sexuelle, même si cela ne déplaira pas à la plupart de la gente masculine, on a parfois quand même plus l’impression d’être dans un porno Japonnais que dans un jeu vidéo.

Les voix françaises sont moins bonnes que les voix originales, mais en même temps on commence à avoir l’habitude du schéma. La voix de Lara notamment pourra déplaire de par un certain manque de conviction, qui perturbe un peu le réalisme, mais personnellement elle ne m’a pas tant déplu que ça.

En terme de durée de vie, le solo s’avère assez honnête (entre 10 et 15 heures de jeu) mais certains le trouveront tout de même un peu court, à cause notamment de la difficulté globale qui ne surprendra pas, même en « hard ».

Conclusion

Un jeu d’une qualité globale vraiment bonne donc, on achètera plus le titre pour sa partie solo très réussie malgré quelques défauts mais qui resteront tout de même assez superficiels. Il saura sans aucun doute réconcilier la plupart des fans avec la série malgré des mécaniques revisitées. L’amateur du genre ne sera pas dépaysé car il n’y a pas de grosses prises de risques en terme d’innovation, certains pourraient même parler d’un mélange de jeux récents mais il garde tout de même une nature assez personnelle et une richesse indéniable.

À propos du rédacteur
Rizko

Rédacteur à la Retraite

Processeur : Intel Core i5 2320 @3GHZ
Carte Mère : Foxconn 2ABF 1.30
Carte Graphique : NVIDIA GeForce GTX 650 Ti
RAM : 2+4 Go DDR3